skip to Main Content
Pourquoi Acheter De L’or ?

Pourquoi acheter de l’or ?

Mais oui, pourquoi devrais-je acheter de l’or ? Il ne rapporte aucun rendement, aucun dividende. “L’or est une relique barbare”, entend-on souvent dans la bouche des détracteurs du métal jaune qui aiment, sciemment ou non, citer John Maynard Keynes.

En réalité, la citation exacte est la suivante: “In truth, the gold standard is already a barbarous relic.” dans A Tract on Monetary Reform (1923). Nous la traduirons comme suit: “En vérité, l’étalon-or est déjà une relique barbare.” Ce qui est très différent. Keynes parle de l’étalon-or, pas de l’or en lui-même.

Vous pouvez vous positionner sur l’or sans croire ni même souhaiter un retour à l’étalon-or. Il s’agit tout simplement d’une démarche saine et sage.

 

The farther back you can look, the farther forward you are likely to see – Winston Churchill

Quand je parle de se positionner sur le métal, il s’agit d’or physique. Des lingots et/ou des pièces que vous détenez en votre nom propre. Il existe d’autres manières “d’investir” dans l’or, mais nous nous concentrerons ici sur le métal physique parce que celui-ci doit constituer la base de votre portefeuille, ses fondations.

Voici 10 raisons pour lesquelles vous devez posséder de l’or physique:

 1. L’or est rare

On extrait l’or depuis des milliers d’années, il n’est pas “consommé” comme une matière première et il est inaltérable. On ne peut qu’estimer la quantité totale d’or dans le monde. D’après le World Gold Council, on estime que 187 200 tonnes d’or environ ont été extraites dans l’Histoire (dont 2/3 après 1950). Tout l’or du monde ne représenterait donc qu’un cube de 21 m de côté. Depuis 1946, le stock d’or mondial croît en moyenne de 1,8% par an et il resterait quelque 57 000 tonnes d’or dans le sol.

Le WGC jouit d’une bonne réputation auprès des investisseurs, ces chiffres sont donc acceptés, mais il ne s’agit que d’estimations.

 

2. L’or a une (très) longue Histoire

Dans les anciennes civilisations (Indus, Sumer, Égypte en 3000-2000 av. J.-C.), l’or n’avait pas seulement retenu sa qualité sacrée, mais il était également devenu l’emblème de la richesse et du rang social.Homère (1000 av. J.-C.), dans l’Iliade et Odyssée, ou les poèmes épiques de la Grèce antique, mentionnent l’or à maintes reprises comme un signe de richesse parmi les mortels, et comme un emblème de splendeur parmi les dieux.

L’or en tant que monnaie est une invention des Grecs d’Asie Mineure, au VIe siècle av. J.-C. La créséide est la monnaie de Crésus, roi de Lydie (561-546 av. J.-C.). Elle est citée par Hérodote, Plutarque, Pollux. La Darique était la monnaie d’or royale des Perses Achéménides, créée par le roi Darius Ier. Le rôle de l’or devient majeur dans les échanges internationaux: c’est le métal qui inspire le plus confiance.

 

3. L’or est une valeur refuge en période d’incertitude

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que nous vivons une période de risques géopolitiques accrus. La tension monte. Corée du Nord, Proche-Orient, Russie… Risques de guerre civile, terrorisme… On a l’embarras du choix. Aucun problème majeur n’a été réglé, on ne fait que cacher la poussière sous le tapis et la prochaine crise financière approche à grands pas.

Dans ce contexte, il est sage de posséder de l’or dans son portefeuille. Le métal jaune se porte toujours bien en période d’incertitude. Si vous estimez pouvoir faire confiance aux gouvernements pour régler le problème, n’achetez pas d’or. Dans le cas contraire, mieux vaut posséder du métal.

 

4. L’or est la meilleure assurance

L’Histoire connaît parfois des périodes où la préservation du capital doit être l’objectif principal d’une stratégie d’investissement.

Le système financier est très fragile, noyé sous une montagne de dette irremboursable. Tous les signaux sont dans le rouge, le point de non-retour est dépassé depuis longtemps. La loi Sapin II inquiète les détenteurs d’assurance-vie, la guerre contre l’argent liquide est déclarée. Les taux
d’intérêt sont historiquement bas, voire négatifs si on tient compte de l’inflation. On nage dans un univers de bulles (immobilier, actions, obligations…). L’agence Reuters nous a annoncé récemment le plan de l’Union européenne pour geler les comptes bancaires et éviter un “bank run”.

L’attrait de l’or à long terme n’a pas pris une ride pour protéger son pouvoir d’achat. L’or est un actif réel qui ne tombera pas à zéro. Il reste la meilleure assurance en période de crise. Mais n’oubliez pas qu’on souscrit à une assurance incendie avant que la maison ne soit réduite en cendres.

 

5. Diversification

Acheter de l’or, c’est investir dans une assurance. C’est un outil simple pour lisser le risque et réduire les pertes en cas de chute brutale des marchés actions, obligations ou immobilier. La base d’une diversification saine est de posséder du métal physique comme fondements du portefeuille. À partir de là, vous pouvez chasser du rendement en fonction de votre profil d’investisseur.

 

6. Inflation/Déflation et Hyperinflation

Nous définissions l’inflation comme une augmentation de la masse monétaire. La hausse des prix est une conséquence de cette création de devises, car une quantité de monnaie plus importante chasse une même quantité de biens et services. Donc, la valeur de cette monnaie baisse. L’or ne peut pas être dévalué par l’inflation, contrairement aux devises fiduciaires.

La déflation est une contraction de la masse monétaire qui entraîne une hausse de la valeur de la monnaie et une diminution des prix. C’est la crainte des banques centrales, car cela alourdit le poids de la dette plus difficile à rembourser. Les banques centrales ont considérablement augmenté la masse monétaire par le biais de leurs politiques d’assouplissement quantitatif (Quantitative Easing -QE).

Et en cas de perte de confiance dans une monnaie imprimable à l’envi, c’est l’hyperinflation. Le phénomène est psychologique et très rapide. Personne ne veut posséder du papier sans valeur, la vélocité augmente et les banques perdent le contrôle. Par exemple: République de Weimar (1992- 1923), Argentine (1989-1990), Zimbabwe (2007-2008).

Dans les trois cas (inflation, déflation, hyperinflation), il est sage de posséder de l’or physique.

 

7. L’or est sous-évalué

Ajusté à l’inflation, l’or n’a pas encore atteint son pic de 1980. Et compte tenu de toute l’énergie accumulée par une création massive de devises sans précédent dans l’Histoire, le pendule devra revenir à l’équilibre avec plus de force.

On peut le dire: l’or est un actif sous-évalué. Et mieux vaut acheter ce qui n’est pas cher. En avril 2016, la Deutsche Bank a reconnu qu’elle manipulait les cours de l’or. L’or ne peut pas monter, car il est le baromètre de l’état du système. Il faut maintenir la confiance. On vit dans l’illusion permanente.


Le point positif est que ça permet de l’acheter moins cher. Donc, faites vos emplettes pendant qu’il en est encore temps. Et ensuite, observez le graphique du ratio Or/Dow Jones sur 100 ans. Il est parfaitement éloquent.

 

8. Pas de risque de contrepartie

Le risque de contrepartie est le risque de défaut d’une des parties d’un contrat. Si vous conservez votre argent en banque, cette dernière est votre contrepartie. Si vous avez des euros en poche ou sous votre matelas, votre contrepartie n’est rien de moins que le gouvernement. Mieux vaut bien évaluer le risque que cela représente.

Un moyen d’éviter le risque de contrepartie est de privilégier les actifs réels aux actifs financiers.
L’or est un actif réel. Posséder du métal jaune en dehors du système bancaire peut faire partie d’une stratégie de débancarisation.

 

9. L’attitude des banques centrales

La Banque centrale européenne (BCE) et d’autres banques centrales européennes sont signataires des Central Bank Gold Agreements dans lesquelles celles-ci prévoient de ne pas de vendre des quantités d’or significatives.

En 2013, la Bundesbank allemande a indiqué qu’elle comptait rapatrier son or stocké à la Réserve fédérale américaine et à la Banque de France. D’après ses déclarations, elle n’a pas l’intention de revendre son métal, mais de se préparer à une éventuelle crise des devises en Europe. L’Allemagne n’est pas la seule, d’autres pays ont entamé les mêmes démarches.

Les banques centrales des pays émergents sont d’importants acheteurs d’or, surtout depuis la crise de 2008. Entre 2000 et 2017, la Russie est officiellement passée de 343 tonnes à 1715 tonnes d’or. Pour la même période, la Chine est passée de 395 tonnes à 1843 tonnes. Ce sont des chiffres “officiels”.
Il est possible que ces pays détiennent davantage d’or. Les réserves d’or sont un sujet délicat qu’on préfère garder discret. Mais si ces pays remplissent leurs coffres d’or, il doit y avoir une bonne raison. Aux États-Unis, il est difficile de savoir avec certitude la quantité d’or stockée à la Fed, FortKnox et West Point. Ce sont des chiffres avancés sans véritables preuves. Il faut les accepter et s’en contenter.

 

10. Reset du système – la fin du dollar comme monnaie de réserve

Si la Russie, la Chine et d’autres achètent de l’or en grande quantité, c’est notamment pour réduire leurs réserves de dollars. La devise américaine a perdu 98% de sa valeur en un siècle.

Toutes ces banques centrales se préparent au grand reset du système financier et monétaire où le dollar ne sera plus la monnaie de réserve mondiale. Ils veulent une place à la table de poker et l’or, ce sont les jetons. Mieux vaut donc en posséder le plus possible. On réalise qu’elles s’accommodent très bien d’un prix de l’or maintenu artificiellement bas grâce à l’or papier. Cela leur permet d’augmenter leurs réserves à moindre frais.

La durée de vie moyenne d’une monnaie fiduciaire est de 27 ans. Pour un empire, c’est 250 ans. Le dollar vit ses derniers instants. La Pax Americana est entrée dans son stade ultime. L’empire est devenu décadent. Il faut agir maintenant pour se protéger. Mieux vaut avoir un an d’avance que 10 minutes de retard.

 

Conclusion

Rappelez-vous que toutes les monnaies fiduciaires de l’Histoire ont fini par échouer. L’or est la monnaie ultime. C’est le meilleur outil pour préserver son patrimoine.

En 2015, le métal jaune représentait 0,58% des actifs financiers mondiaux contre 5% en 1980, lors du pic du précédent marché haussier. C’est 8,6 fois moins. Que se passera-t-il, selon vous, quand ce pourcentage remontera parce que la masse aura compris les risques et passera à l’action ? Il est possible que vous ne puissiez pas obtenir d’or, il sera trop tard.

Tout est cycle. De l’infiniment grand à l’infiniment petit, l’univers fonctionne par cycles. Identifiez-les et suivez la tendance. L’or est un élément fondamental de votre portefeuille quoiqu’il arrive. 
C’est un actif liquide et discret, avec une optique à moyen/long terme. On ne l’achète pas pour réaliser des profits à court terme.

Il ne s’agit pas d’être pessimiste, mais réaliste. Sachez distinguer un fait d’une opinion. Dans l’Histoire, l’or a toujours repris ses droits sur les monnaies fiduciaires. Toujours!

La monnaie papier revient toujours à sa valeur intrinsèque – zéro.” Voltaire

Back To Top